Coaching de recherche d’emploi, le grand défis

Quand certains ignorent leurs propres ignorances

Derrière ce titre, qui bien sûr ne s’adresse pas à vous, mais aux autres, qu’est-ce que cela peut-il bien signifier ?

Nous avons tous déjà travaillé avec des collègues, des collaborateurs, des responsables, parfois même un patron peu compétent. Il n’était pas rare que ces personnes se trouvaient tout à fait persuadées du contraire.
Ce trait de personnalité, ce biais cognitif, possède un nom, c’est l’effet Dunning-Kruger. On le retrouve aussi en psychologie sociale sous le nom de « Effet de surconfiance ».

L’effet Dunning-Kruger se manifeste par 4 grandes catégories de comportements :

  • Une personne incompétente tend à surévaluer son propre niveau de compétence
  • Une personne incompétente est incapable de reconnaître la compétence de ceux qui la possèdent vraiment
  • La personne incompétente n’arrive pas évaluer son propre degré d’incompétence
  • Une personne incompétente peut devenir compétente à la suite d’une formation par exemple, si elle arrive à reconnaître son manque de compétences.

Quel impact pour l’effet Dunning-Kruger dans l’entreprise ?

Les impacts sont évidemment négatifs, parfois pas immédiats, ce qui fait que l’effet Dunning-Kruger peut être très insidieux.

C’est aussi générateur de bien des maux :

  • Créer une ambiance délétère
  • Faire échouer des projets
  • Détériorer l’image de l’entreprise

Si pour l’entreprise les effets négatifs sont nombreux, pour la personne possédant ce type de comportement, les risques à terme le sont tout autant :

  • Limiter sa capacité d’apprentissage
  • Saboter sa carrière
  • Miner sa propre image de soi

Créer une ambiance délétère

Travailler avec des personnes ayant ce comportement, l’effet Dunning-Kruger, est fatigant, pénible et pesant. La personne parle comme si elle savait, comme si elle était efficace et ne l’est pas. Elle peut même vous donner tort alors que vous avez raison. On se situe dans une pseudo compétence, où tout est plus ou moins artificiel, une image sans contenu.

Cela peut aussi créer de la frustration, car les bonnes idées peuvent être écartées par la personne peu compétente.

Plus encore, et c’est insidieux, car à la longue cela peut générer des sentiments de rancune. Tout particulièrement si la personne est votre supérieure, sa position, usurpée en quelque sorte, peut agacer et créer du mépris.

Faire échouer des projets

En effet, penser avoir des compétences alors que cela n’est pas le cas peut mettre ces personnes en difficulté. Elles peuvent être chargées de projets qui n’aboutiront pas faute de compétences. Mais soyez rassuré, la personne ne se s’attribuera pas les échecs. Elle invoquera une toute autre cause, la conjoncture, les autres, pire, la malchance !

Détériorer l’image de l’entreprise

La personne incompétente dans une fonction en lien avec les fournisseurs, les partenaires, les clients, va naturellement saper l’image de la société pour laquelle elle travaille. Cette image qui n’est pas celle de la société peut nuire à la réputation, au professionnalisme de l’entreprise.

Limiter sa capacité d’apprentissage

Une personne ayant l’effet Dunning-Kruger se pense compétente alors pour quoi se former ? Elle n’en n’a pas besoin, pense-t-elle. Il est d’ailleurs assez fréquent que la personne ayant un comportement « effet Dunning-Kruger » soit pour la formation, mais que pour les autres.

Être en formation, c’est quelque part reconnaître que l’on a des choses à apprendre, mais pour celui ou celle qui se sent déjà très compétent, quel intérêt ?

Saboter sa carrière

Les effets Dunning-Kruger peuvent aussi s’avérer cruels pour une personne ayant cette attitude. La personne va subir de sévères revers qu’elle ne pourra pas justifier et attribuer à quelque chose ou quelqu’un d’autre. Elle sera prise en flagrants délits d’incompétence et ne pourra plus se dérober même si elle ne reconnaîtra toujours pas son incompétence ?
Les mutations, les « placards dorés » ou à balais parfois seront son lot.
L’absence de promotion, de participation à des projets lui seront interdits, parfois cela sera annoncé, parfois, cela sera inexprimé.

Miner l’image de soi

Si l’est rare que les personnes en Effet Dunning-Kruger prennent conscience de leurs incompétences, cela arrive parfois.

Généralement, cela peut se déclencher à partir d’une formation, d’une rencontre, et cela n’est pas sans incidence sur sa propre image. La personne peut se remémorer rétrospectivement toutes les situations où clairement elle s’est montrée incompétente. Elle peut prendre conscience combien les autres se sont moqués (discrètement) et l’ont déconsidéré.

Peut-être que c’est un mal pour un bien et que devenir meilleur et compétent sont toujours une bonne chose même tardivement.

Comment gérer ce type de personnalité

Les individus présentant l’effet Dunning-Kruger sont des personnes difficiles à gérer pour les managers. Leur annoncer directement qu’ils sont incompétents est bien évidemment la moins bonne des solutions. La personne objectera et donnera de multiples exemples (vrais ou faux) de ses compétences et renforcera sa propre croyance.

La première solution serait de lui donner des feed-back réguliers, sur son activité et ses résultats.
Ne vous attendez pas de sa part à ce qu’elle admette facilement, ou alors en apparence, pour dire « oui, chef ».

Si les feed-back sont présentés positivement, montrant le bon, les potentiels, cela pourra au fil du temps influer sur sa prise de conscience de ses compétences.

Proposer des formations pour « Renforcer des connaissances », plutôt que de dire « d’Acquérir des compétences ». C’est quelque part manipulatoire, mais cela permet de préserver sa propre image d’elle-même. Je vous laisse juger par vous-même si cela est éthique pour vous.

Ce travail de prise de conscience est souvent un processus long, l’approche directe est à mon sens la moins efficace.

L’inverse de l’effet Dunning-Kruger

Si l’on vient de le voir, certaines personnes peu compétentes se trouvent très compétentes, l’inverse est vrai. En effet, certaines personnes très compétentes justement ne se trouvent pas compétentes. Certaines personnes estiment que lorsqu’elles font des choses qui leur paraissent faciles que c’est facile pour tous. Ces taches réalisées facilement et efficacement peuvent demander une réelle expertise. La facilité d’exécution de ces personnes très compétentes leur fait penser que c’est naturel et sans valeur.

Ce phénomène peut garder le nom de « effet Dunning-Kruger » ou on peut le retrouver sous d’autres noms.

  • Complexe de l’usurpateur
  • Syndrome de l’imposteur
  • Syndrome de l’autodidacte

Cela reste une forme de Dunning-Kruger inversé.

Conclusion

L’effet Dunning-Kruger est un comportement très courant en entreprise, entre autres.
C’est un des freins difficiles à gérer pour nombre de mangers,
Je suis aussi formateur et je puis vous assurer que c’est un des principaux freins au changement pour bien des personnes de l’entreprise.

Je clos cet article avec la phrase que l’on doit à Charles Darwin :

“L’ignorance engendre plus fréquemment la confiance en soi que ne le fait la connaissance”.

Thierry ROUBIRA

Abonnez-vous au Club Coaching de Mental Positif

Vous souhaitez bénéficier gratuitement, de vidéos sur le coaching, régulièrement et gratuitement, cliquez Ici.

Développement personnel

Coaching

Management

Formations

Bibliothèque

Qui sommes nous

Contacter

Share This